A.S Robert MASSELIN : site officiel du club de foot de LE PETIT QUEVILLY - footeo

Interview Alexandre Bellamy

4 février 2018 - 21:41

Bonjour, 

En ce dimanche pluvieux, je suis allé à la rencontre d'Alex Bellamy, l'adjoint de Julien Daviet.

Alexandre était à la tête de l'équipe première pendant 1 semaine, et il est un des acteurs majeurs de la qualification en coupe de France. Comme la plupart des membres du staff, Alexandre est un homme de l'ombre. J'ai voulu savoir sa vision du football, son histoire et son attachement pour Masselin. 

Voici le contenu de l'interview : 

  • Salut Alex, parle nous un peu de toi :

Bellamy Alexandre, 26 ans. J’ai commence le football à l’âge de 6 ans dans le club de l’ALCL (ancien nom du Grand Quevilly FC) dans les différentes catégories de débutant à  - 18 ans. En parallèle, je faisais du Judo, je suis ceinture marron. De l’âge de 3 ans jusqu’à l’âge de 20 ans, je l’ai pratiqué. Durant ces années de judo j’ai encadré des jeunes où l’âge pouvait varier de 3 ans à 18 ans, durant des stages ou alors sur des tournois.

Je suis supporter du PSG depuis mon enfance, passion transmise par mon grand frère et mon père tout deux joueurs de football dans leurs jeunesses.

Mon père (Benoit BELLAMY) était lui aussi entraineur de football entreprise, j’assistais au match du samedi et je peux te dire que c’était un sacré phénomène : je me reconnais en lui passionné, déterminé…

Je possède une licence d’entrainement obtenue à la faculté des Sciences et Techniques des Activités Physique et Sportive (STAPS) de Mont Saint Aignan.

Parle nous de ton expérience dans le football :

 Je n’ai pas une très grosse expérience dans le football en tant que joueur, le niveau le plus haut où j’ai joué c’est en PH (U18), ensuite à cause de plusieurs blessures au judo j’ai été écarté des terrains.

Quand je suis rentré au lycée, j’ai dû arrêter le football. Après avoir obtenu mon BAC et être rentré à la FAC de Mont Saint Aignan, j’ai repris le football en Sénior matin.

Ma première expérience en temps qu’entraineur adjoint était sur le banc de l’ASRM avec la PH et en présence de mon acolyte Julien DAVIET. Ensuite au cours de ma dernière année à la FAC je devais effectuer un stage dans un club de football, je suis retourné à mes racines au Grand Quevilly FC, c’est là que j’ai fait la rencontre de Sébastien CUDORGE qui était en charge des U19 DH. J’ai beaucoup appris à ses cotés, par son expérience, son calme, son savoir faire… Durant une saison, nous avons travaillé ensemble au début j’ai beaucoup observé et au cours de l’année Sébastien me laissait  animer des exercices. Plus tard, je pouvais animer des séances bien sur en continuelle relation avec lui.

J’ai vraiment fait une très belle rencontre: un entraineur passionné qui est à l’écoute de ses joueurs ,qui a une très grosse connaissance du football et c’est aussi un super mec, nous sommes toujours en relation: nous nous envoyons souvent des messages.

 Cette expérience m’a vraiment permis de me développer, dans le contenu et dans la forme. Il m’a appris à mettre en place différentes séances d’entraînements : de la séance tactique à la séance physique, avec divers exercices. Mais aussi les reprises de début de saison, la séance sur papier, préparation de match, communication, préparation de causerie d’avant match…

Enfin, au cours de ma licence 3 entrainement, je suis allé faire un stage, non négligeable, du haut niveau.

Durant une semaine je me suis rendu au FC NANTES avec l’équipe qui évolue en ligue 1, avec comme responsable de formation Bruno BARONCHELLI, durant la semaine j’ai eu accès à toutes les installations où l’équipe s’entrainait, j’étais présent pendant les entrainements, les préparations physiques, conférences de presse d’avant match, les vestiaires de la Beaujoire, etc… Ça reste une très belle expérience qui restera gravée dans ma mémoire et encore merci au FC NANTES de m’avoir ouvert ses portes.

- Qu’est ce que tu penses de l’ASRM?

L’ASRM est un club familial. Depuis ma première saison en PH et la reprise de la DH avec Julien, il y a toujours les mêmes têtes, des fidèles du club avec qui j’ai créer une très belle entente, et des supporters qui sont toujours fidèles quand nous jouons à domicile.

C’est un grand club avec de grand ambition que ce sois au niveau régional (en championnat DH et PH) et National (coupe de France).

Nous possédons un président Jean MASSELIN qui laisse Julien gérer l’équipe à son image. De plus, il nous suit beaucoup malgré une entreprise à faire tourner la semaine, il vient régulièrement nous voir que ce soit en déplacement ou à domicile, c’est très rare dans le foot amateur d’avoir un président comme cela.

Pour Julien et moi les objectifs chaque année sont les mêmes on veut tout rafler sur notre passage, c’est pour cela que nous comptons sur un effectif important et compétitif et que nous cherchons à le renforcer chaque année avec de la qualité mais aussi un état d’esprit qui correspond à notre image et à nos deux équipes.

- Alex, tu étais le coach de la « une » pendant l’absence de Julien, as tu aimé cette expérience?

 Évidemment que j’ai aimé. Qui ne serait pas content de prendre un groupe avec une tel qualité?  Avant le départ de Julien, nous avions préparé les séances d’entrainements, ce qui m’a permis de produire quelque chose qualité. Je ne suis pas content d’avoir entrainé la première je suis content d’avoir entrainé le GROUPE en entier. Que ce soit les joueurs postulants pour la DH ou la PH nous avons besoin de tout le monde. Pendant les entrainements, j’ai pris beaucoup de plaisir malgré le fait que nous nous sommes qu’en amateur.

Je tient à remercier les joueurs pour leur présence durant cette semaine, pour leur sérieux et pour le respect de nos consignes. Leur travail a payé, nous sommes qualifiés et c’est très bien.

 - C’était la première fois que tu entraînais en tant que numéro 1?

Oui, en tant que numéro 1 c’était ma première fois.  J’avais eu une expérience à Renault Cléon quand Julien avait pris plusieurs matchs de suspension mais il était derrière pour donner ses consignes.

 

 - Tu était en duo avec Halim, as-tu appris de son expérience?

Bien sur que j’ai appris à ses côtés, c’est un international algérien il ne faut pas l’oublier.  Ça se voit dès qu’il a le ballon dans les pieds il ne peut s’empêcher de faire des gestes techniques (rire…)

Halim est un personnage, moi je l’adore. Il met l’ambiance durant les entrainements et le samedi après les matchs. Mais il sait faire la part des choses, il apporte beaucoup de sérieux durant les entraînements. Il a également une très bonne vision du jeu. Et durant la causerie d’avant match j’ai vu un autre homme: son visage concentré, donnant les consignes aux joueurs. Il m’a vraiment apporté beaucoup. Je le remercie vraiment pour cette semaine.

- Que retiens-tu des entraînements ?

Les entrainements de mercredi et jeudi ont été d’une grande qualité technique et physique avec des joueurs impliqués, sérieux et à l’écoute.

Quand tu as des joueurs d’un niveau DH libre et même un joueur qui joue en équipe de France entreprise : tu ne peux qu’être heureux de les encadrer à l’entrainement. En effet, c’est un bonheur surtout quand ils sont à l’écoute et qu’ils appliquent ce que je leur demande.

- Que retiens-tu du match?

 Nous avons bien débuté la rencontre avec des consignes particulières que Julien m’avait transmises.  Nous devions rester en bloc compact, pas trop haut, pour éviter de se faire prendre dans le dos. En effet, avec un adversaire d’un très bon niveau en face c’est dangereux. Le SCPO se battait sur tout les duels, ils ont réussi à nous mettre en danger sur certaines situations, surtout les coups de pieds arrêtés avec leur grand numéro 6 qui prenait tout de la tête. Mais de notre coté, nous avions Ismaël LOTIES qui lui aussi se battait dans les duels aériens. C’était un duel intéressant.

Ensuite c’était un match assez équilibré avec des occasions de part et d’autre mais nous avons été plus efficace sur la finition. Quand, en attaque tu as Rouchdi EL MAJOUB et Anthony LOIR tu sais que techniquement tu as de très gros joueurs, la preuve sur notre premier but Rouchdi fait la différence sur le coté et délivre une merveille de passe à Anthony qui finit devant le but. Parlons aussi du coup franc de Raphaël LEMIRE, mais quel coup franc!!!!! Excentré sur le coté droit le long de la ligne de touche, pleine lucarne! En deuxième mi-temps nous n’avions pas la maitrise du jeu au milieu, la rentrée de Kevin BALI nous a fait du bien surtout que c’est lui qui a obtenu le penalty.

Samedi j’avais 16 guerriers prêts à en découdre avec l’adversaire.

Bravo à tous pour cette qualification et bravo aussi à l’équipe du SCPO PARIS qui est une très belle équipe dans le jeu et dans le comportement!!

- Qualification en 8eme, que penses-tu de ce match et de cette expérience de coupe de France ?

Comme je te l’ai dit précédemment, je retiens le comportement de mes 16 guerriers. Les consignes ont été respecté à la lettre et cela a payé: nous sommes qualifiés pour les 8eme de finale.

Pour une première, je suis très heureux.

Quand tu rentres dans le vestiaire, pas un bruit, les garçons écoutent attentivement, tu sais intérieurement que tout va bien se passer. Voila, nous sommes qualifiés.

Maintenant, du travail nous attend pour passer ces 8eme de Finale de coupe de France mais aussi pour le championnat de DH où il faut que nous remontions au classement.

- Quelles sont tes ambitions avec Masselin?

Mes ambitions sont les mêmes que Julien et Halim. A savoir, remporter tout les trophées possible du championnat Entreprise. Le but est de gagner, je suis un compétiteur depuis mon enfance quand je commence quelque chose c’est pour aller jusqu’au bout.

- Parle nous de ton binôme avec Julien, quelle relation entretiens-tu avec lui?

Notre relation avec Julien est très bonne. Nous nous sommes rencontrés quand Julien est venu jouer en 1ere Série matin. Nous nous sommes tout de suite bien entendu, on a la même vision du football. Quand on lui a proposé de prendre la PH il m’a demandé si je voulais être son adjoint et depuis on ne se quitte plus… Quand nous avons décidés d’arrêter avec la PH, il m’avait dit qu’il viendrait me rechercher le jour où il serai à la tête de la DH et c’est ce qu’il a fait.

 Pour moi, Julien est vraiment un ami. On se connait maintenant depuis plus de 5 ans, nous avons réussi à créer un groupe à notre image: sérieux, rigoureux mais aussi joviale car en dehors des terrains nous redevenons tous des copains. Après les moments sérieux, on rigole vraiment beaucoup tous ensemble, on est devenu une petite famille.

Cette année, il m’a donné la responsabilité d’entrainer les gardiens. Pour moi, joueur de champ depuis toujours, ce n’est pas si simple. J’ai dû me documenter et m’adapter à un poste que je connais peu. Mais, par chance, j’ai 3 gardiens vraiment géniaux avec Alexis MOGIS, Christopher BOURDON et Vincent GLOREL (blessé depuis le début de la saison), qui m’aident au quotidien pour leur préparer les séances.  J’arrive avec ma séance prête et sur le terrain on la modifie, je m’adapte à eux et leurs besoins.

- As-tu la capacité de donner ton avis sur des choix tactiques lors des rencontres des week-ends ?

Bien sur, avec Julien nous sommes dans l’échange. Nous sommes souvent au téléphone. Après les entrainements, nous discutons des choix, de la tactique mais c’est lui qui a le dernier mot. Moi je lui propose ma vision, je lui explique pourquoi je trouve cela mieux et après c’est lui qui prend la décision finale.

- Concrètement, comment se passe la préparation d’un match vu de ton poste ?

Alors, la préparation d’avant match commence déjà par les entrainements car comme je dis toujours : « entrainement difficile guerre facile », ensuite on se donne rendez vous de bonne heure avec Julien.

Nous avons nos petits rituels que je ne dévoilerai pas, mais on a un sens de préparation d’avant match qui reste le même a chaque fois. Ce sont les mêmes méthodes depuis que nous formons notre binôme, que l’on joue a domicile ou à l’extérieur même si c’est plus difficile.

Ensuite une fois dans le vestiaire, Julien fait la causerie. Si j’ai deux trois choses à dire, je le dis en fin de causerie et c’est moi qui s’occupe de l’échauffement. Même chose, je fais toujours le même échauffement pour mettre les joueurs dans les meilleurs conditions possibles.

Enfin, quand nous sommes sur le terrain nous avons chacun notre place dans la surface technique: Julien se met à gauche, moi a droite. C’est lui qui donne les consignes tactiques et si je vois quelque chose qu’il n’a pas vu, je peux lui dire ou agir par moi même.  Nous sommes vraiment complémentaires, sur la même longueur d’onde. Il est vrai que par moment on se prend un peu la tête comme dans tout les couples (rires…) Mais c’est vraiment un bon mec, comme je viens de dire, c’est un ami.

- Quelles sont les capacités que doit avoir un « bon entraîneur » ou un adjoint à ton avis ?

Je pense que chaque entraineur est différent et on le constate au haut niveau. De MOURINHO à ANCELOTTI mais aussi ZIDANE ou encore EMERY, ils ont tous une vision du football différente.

Apres il y a des bases, comme la communication, le sérieux, les connaissances. Il faut, je pense, savoir adapter son discours en fonction du groupe d’âge que l’on a en face de soi, tu ne parles pas à un débutant comme à un sénior. Mais il y a une chose que tout entraineur que ce soit au football ou dans n’importe quel autre sport: c’est la passion. Si tu n’a pas cela en toi, tu n’arriveras pas à transmettre le message que tu veux à tes joueurs.

Il faut qu’un entraineur possède une grande passion: cette flamme en lui qui quand tu rentres sur le terrain te transforme, te motive, te permet de te surpasser…

Quels sont tes objectifs pour cette saison?

 Mes objectifs, comme je te disais avant tout, tout rafler sur notre passage. Cela va être difficile car cette année en championnat DH, les équipes se sont renforcés mais on va se battre jusqu’au bout.

- Que rêves-tu de faire en tant qu’entraîneur ?

Pour le moment, je suis à L’ASRM je pense au présent et à remporter cette Coupe de France, c’est notre plus grand rêve à tout les trois. (Julien, Halim et Moi).

Après, pourquoi pas un jour entrainer une grande équipe, une national, une ligue 2 voir une ligue 1. Mon rêve le plus fou : faire partie du STAFF du PSG… Ça va en faire sourire plus d’un, mais quand j’y pense je me dis que j’ai que 26 ans et que la vie est longue alors sait on jamais…

- Comptes-tu résigner l’année prochaine ?

Pour le moment, je pense à cette saison. Mais oui il y a de grandes chances sauf si on a plus besoin de moi j’irai voir ailleurs ou je reprendrai en tant que joueur. Pour l’instant la question ne se pose pas , on a des objectifs à atteindre et on verra plus tard. Merci Pierro.

 

C'était l'interview du sympathique et sérieux Alex, merci à lui pour sa patience et pour son investissement énorme au sein du club.

 

Bonne soirée,

Pierre

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 3 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 6 Joueurs
  • 3 Supporters
+